Skip to content Skip to footer

Raphael BERLIVET

Ebéniste, musicien, globe-trotter, jeune homme aux talents multiples, mais avant tout artiste, Raphaël BERLIVET a décidé il y a quelque années de poser ses valises et d’ouvrir un atelier de marqueterie d’art à Brignais près de Lyon. 

Après avoir referme une parenthèse musicale de dix ans (il était saxophoniste dans un groupe), il est revenu a ses premières amours: le travail du bois et la marqueterie. Avec à la base une solide formation d’ébéniste, il a privilégié la voie artistique à celle plus classique de la restauration. Ce qui ne l’empêche pas, à la demande, de pratiquer cette dernière.

Raphaël Berlivet maîtrise parfaitement la technique de marqueterie et la met au service d’une expression personnelle qui fait de ses tableaux des oeuvres d’art. 

Travaillant sur des essences naturelles, associées à d’autres matières comme le laiton et le cuivre, apposées sur des supports divers, il compose des tableaux où la sensualité se mêle à une grande sensibilité. 
En utilisant une technique traditionnelle qui s’est développée au 17e siècle il réalise une œuvre moderne et chaleureuse. 

Grâce aux apports chromatiques de la peinture ou de l’encre de Chine il enrichit la technique classique et offre à la marqueterie une dimension poétique surprenante.

Sa technique, basée sur l’assemblage de plusieurs essences de bois et parfois de métaux demande avant tout une grande précision.
“C’est un peu comme du puzzle. Tout est découpé puis assemblé. Les pièces se collent les unes aux autres. Je travaille des épaisseurs de bois qui font six dixièmes de millimètre. Mettre bord il bord tous ces éléments est un travail vraiment très précis pour obtenir cet aspect lisse. 
C’est aussi, bien sur, un jeu de matières. Le choix des essences et des vernis a une importance primordiale ” explique Raphaël BERTLIVET. 

Les visages (avec de superbes silhouettes ombrées en laiton et les gens sont sa principale source d’inspiration. 

Et au fil de ses réalisations, l’artiste a évolué, affinant son geste et améliorant sa technique. Il se lance continuellement dans de nouvelles expérimentation. «Je veux utiliser la peinture à l’huile sur la marqueterie pour y ajouter du volume. Je travaille déjà avec des encres pour donner des couleurs à la texture des bois, c’est un peu à contre courant.

Courbé sur ses tableaux, il ne compte pas ses heures. “Il y a un travail énorme de préparation et de finition”, avoue-t-il.
En effet lorsque l’on interroge Raphaël sur les différentes étapes de la réalisation d’une œuvre on s’aperçoit du travail considérable que cela représente.

En simplifiant voici les différentes étapes d’une réalisation qui demande en moyenne une soixantaine d’œuvre de travail:

1. Préparation d’une épure, dessin au crayon qui détermine les traits de coupe.

2. Les feuilles des différentes espèces de bois tranché (0,6 mm) sont collées à la colle d’os sur des feuilles de papier pour éviter les éclats lors du découpage. L’utilisation de bois de loupe (excroissances poussant sur les troncs) ou de bois de ronce (jonction entre le tronc et les branches ou les racines) permet d’obtenir des effets très décoratifs grâce aux veines du bois.

3. Ces feuilles sont agrafées ensemble pour former un paquet au dessus duquel est placé l’épure. 

4. L’ensemble est découpé pour former les différents éléments de la marqueterie. Cette étape produit donc le matériel permettant au mieux la réalisation d’un nombre d’œuvres égal au nombre de feuilles de bois. 
Ces œuvres seront toutes originales dans la mesure ou, si elles sont similaires dans leur motif, elles différent dans leurs colorations, leurs textures et les traitements qui leurs sont appliqués.

5. Les différents éléments de chaque œuvre sont assemblés à l’envers par collage à la colle d’os sur un papier kraft tendu.

6. L’ensemble est collé sur un panneau de bois de 5mm d’épaisseur et placé sous presse (2kg/ cm2, soit une pression de 2 tonnes pour une œuvre d’un mètre carré !)

7. Une fois l’ensemble fixé le papier kraft est enlevé.
8. L’œuvre est poncée cinq fois avec des papiers de verre au grain de plus en plus fin

9. Les teintures sont appliquées

10. L’oeuvre est enfin vernie au tampon en trois applications successives.

L’artiste peut alors se détendre en reprenant quelque instants son saxophone et jouer un blues qu’il affectionne !

Les expositions    

Raphaël Berlivet a réalisé plusieurs expositions à Lyon, à la mairie, à l’espace Régis-Lesort bd de la Croix Rousse et à l’espace culturel de la librairie Gibert, en 2004. Il a également exposé à Bruxelles et au Québec.
Ses travaux lui ont valu l’obtention de prix à Brignais en 1996 et au Puy en Velay en 2004 (Prix du Cercle des Amis des Arts et de  la Poésie).

En 2005 Raphaël Berlivet a un programme chargé qui traduit à la fois un intérêt croissant du public dans ses œuvres et une productivité foisonnante donnant lieu à des expositions à la foire de Lyon en mars, à Grenoble en avril au Salon “Passion Bois”, à Brioude en mai à Paris, à la galerie “Art Présent” dans le quartier Beaubourg du 15 mai au 3 juin, et à LaLouvesc au Carrefour des Arts en juillet-août.

Raphaël Berlivet n’a pas fini de nous surprendre. Parmi ses projets il caresse celui d’un voyage d’étude à Hué au VietNam pour y apprendre les techniques traditionnelles de la laque et ajouter une nouvelle dimension à ses œuvres. 

Tableaux en marqueterie
Année d'exposition2005Site internetLienShare
Carrefour des Arts  – 07520 Lalouvesc ©2021 Magikjb. Tous droits réservés.

Menu