Skip to content Skip to footer

Honoré DAUMIER

Biographie


1808
Naissance d’ Honoré-Victorien Daumier à Marseille. Son père, vitrier de son métier, s’adonne à ses heures perdues à la littérature et décide finalement en 1816 de “monter” en famille à Paris pour y tenter sa chance comme poète. Ce n’est finalement pas le père, mais le fils qui restera dans l’histoire de l’art.

1820   
Le petit Honoré entre à l’âge de douze ans comme coursier chez un huissier, et quelques temps plus tard, comme commis à la librairie Delaunay du Palais Royal. Il prend parallèlement des cours dans une académie de dessin où il est remarqué par Alexandre Lenoir, fondateur du Musée des Monuments Français. 
     C’est le début de la carrière de Daumier dont les talents ne vont cesser de se diversifier, tandis qu’il s’engage en faveur de la cause républicaine.

1828    Premières lithographies pour le journal “La Silhouette”.

1830    Premiers dessins pour le journal “La Caricature”.

1832    Début d’une longue collaboration avec “Le Charivari”. Ce journal, fondé par Philipon, est spécialement dirigé contre Louis-Philippe et va jouer un rôle important dans la vie politique de l’époque.

1832    L’impudence, alliée à un art consommé du dessin, confère aux caricatures de Daumier une immédiate célébrité. Ce qui lui vaut aussi d’être condamné à six mois d’emprisonnement à Sainte Pélagie pour la publication d’une caricature représentant Louis-Philippe en Gargantua avalant de gros budgets et d’énormes pâtés farcis de donations, que de petits marmitons habillés en ministres lui introduisent dans la bouche.

1835    L’adoption des lois sur la censure, force Daumier à renoncer à la satire politique pour se tourner vers la caricature de mœurs. Il y excelle (Robert Macaire, Les Gens de Justice, Les Bons Bourgeois…) sans omettre toutefois de témoigner de certains événements tragiques ou de scènes fortes se déroulant à Paris (“Rue Transnonain, 15 avril 1834”, “Le Ventre Législatif”)

1848    La révolution permet à Daumier de retrouver sa veine politique (“Le Dernier Conseil des Ministres”).

1860    Tout en continuant sa prolifique production de lithographies, Daumier se consacre davantage à d’autres formes d’expression artistique: le dessin, la peinture (les “Don Quichotte” par exemple), la sculpture (“Ratapoil”, notamment).

1865    Daumier a 57 ans. Il connaît de graves difficultés financières et ne peut plus assumer les charges de son atelier du Quai d’Anjou à Paris. Son ami le sculpteur Geoffroy-Dechaume le convainc de s’installer avec sa femme Didine à Valmondois (Val d’Oise) où son autre ami Corot lui prête une maison au centre du village.

1879    Daumier meurt à Valmondois. Un an plus tard, son corps est exhumé du cimetière de Valmondois pour être transféré à Paris au cimetière du Père Lachaise, où il repose aux côtés de ses amis Corot et Daubigny

Daumier sur le WEB

Le site de l’Association des Amis de Daumier ( http://www.honore-daumier.com/ ) comporte en particulier une iconographie très représentative de la polyvalence de l’artiste ainsi qu’une biographie.

Le site du Musée des Arts de l’Université du Montana (USA) (http://grizzly.umt.edu/partv/famus/print.htm#Da) présente une centaine de dessins de Daumier à la page: http://grizzly.umt.edu/partv/famus/print/daumier/Daumier.htm
Ces dessins ont été légués à l’Université par Madame Fra Dana, une riche américaine qui les avait collectionné lorsqu’elle vivait et travaillait à Paris au début du 20e siècle.(http://www2.umt.edu/partv/famus/paint/dana/danabio.htm ) 

Le site du Syndicat National des Ophtalmologistes de France (http://www.snof.org/accueil/accueil.html)
présente dans sa rubrique artistique (http://www.snof.org/art/daumier.html) quatre lithographies médicales faites par l’artiste dont deux sont en rapport direct avec l’ophtalmologie: le strabisme (avril 1841) et un oculiste breveté (19 juin 1837). Ironie du sort, en 1873 Daumier doit faire appel à un chirurgien car une de ses paupière tombe et lui voile un œil (c’est un ptosis). Ses amis parlent de ses yeux clignotants, et les photographies de Nadar le montrent bien. Sa vue en tout cas baisse tellement après 1873, que son médecin lui interdit de travailler. En 1878 il est opéré de la cataracte. 

L’Encyclopédie Yahoo (http://fr.encyclopedia.yahoo.com/) consacre une page à Daumier
(http://fr.encyclopedia.yahoo.com/articles/ma/ma_1737_p0.html)

Le site de la Galerie Laurencin à Lyon (http://wwwcano.lagravure.com/galerie.htm) présente à sa page
http://wwwcano.lagravure.com/DAUMIER.htm des gravures et des éléments de biographie de l’artiste.

Caricaturiste
Année d'exposition2004Share
Carrefour des Arts  – 07520 Lalouvesc ©2021 Magikjb. Tous droits réservés.

Menu