Skip to content Skip to footer

L’EXPOSITION 2021 (33e CARREFOUR des ARTS)

Au Péristyle

 Shasha SHAIKH – Peintre batik

” A travers mes œuvres j’essaie de communiquer l’émerveillement que je ressens face à la vie – cette magie de lumière, de couleurs et de formes dans les petits détails de la nature, ou même dans les petits détails de notre vie quotidienne, dans l’émotion et l’enthousiasme des saisons, dans le dynamisme des éléments naturels…
Ce qui m’inspire est tout autour de nous – La joie et l’effervescence de la vie!
Cette vie qui est faite d’énergie, d’ondes et points et lignes qui sont profondément connectés et qui se posent et se superposent, créant toute la profondeur et la richesse dont nous faisons tous partie.
Artiste-peintre d’origine franco-indienne, j’utilise comme technique de base, le BATIK, qui est pour moi, liée à une nostalgie d’enfance et à une connexion presque viscérale que je vis de tous mes sens : la chaleur et l’odeur de la cire chaude, le jeu des couleurs, la texture du tissu, le craquèlement de la cire.
 Je me permets de l’explorer librement, en tentant des expériences avec de la chaleur, les mélanges de couleurs, des décolorants, des mélanges de cire, etc.., et en le mélangeant avec d’autres techniques.”

 

Au Péristyle

Suhail SHAIKH – Sculpteur papier

“Je suis quelqu’un d’ordinaire qui pense que le papier est extra-ordinaire.
Le papier a porté la culture à travers l’histoire. Les artistes, écrivains, poètes, justiciers, religieux, hommes d’affaires, institutions financières et beaucoup, beaucoup d’autres ont leurs professions et leurs vies inextricablement liés au papier. Il était considéré comme un produit de valeur jusqu’à la fin du 18ème, puis la révolution industrielle à transformée la perception du papier en le rendant disponible à tous, dans toutes ses formes. La manière négligente de l’utiliser aujourd’hui est symbolique de notre perception de cette matière fine, noble et versatile.
J’aime travailler avec le papier blanc. Il s’exprime pleinement lorsque les mots me manquent. Dans le monde actuel de surcharge sensorielle et de sensationnel, l’art de raffinement subtil s’efface. Le blanc, plus qu’une couleur, est une façon de percevoir. Silencieux, immobile, pur et simple, le blanc semble nous éloigner du chaos sensoriel. Le blanc peut signifier le début, la fin, ou être le continu entre les deux.
Le papier m’est venu quand j’étais petit, se révélant à moi en toute subtilité. Il m’encourageait à explorer, s’adaptant fidèlement à mes sauts d’humeur et douleurs de croissance. Aujourd’hui je suis dans une aventure de découverte, remplie d’expériences excitantes… je rencontre des personnes, visite des lieux et assiste à des événements qui enrichissent ma perception et les nouvelles idées apparaissent incessamment.
Je m’appelle Suhail Shaikh, le moine-papier.”

Au Théâtre

Xavier CARRERE – Verrier

Depuis plus de trente ans Xavier Carrère crée des sculptures associant bois, métal, acier, béton, verre …  sculptures élégantes conçues pour l’intérieur ou, plus volumineuses, pour s’intégrer à un paysage.
 Il expose ses premières œuvres dans de prestigieuses galeries en France et en Allemagne, au début des années 1990.
Son travail est très vite apprécié et remarqué par sa singularité, sa maîtrise des techniques du soufflage et du façonnage du verre, ses associations de matériaux qui intègrent définitivement ses sculptures dans son époque.
Ses créations naissent d’inspirations diverses, au fil du déroulé de sa vie. Ainsi naissent des thèmes qui jalonneront sa carrière. 
Actuellement son travail se concentre autour de pièces d’extérieurs prévues pour des jardins privés ou des espaces publics, conçues avec des matériaux pérennes, le verre coloré avec des oxydes restant inaltérable aux ultraviolets.

 

Au Grand Salon

Martine JAQUEMET – Peintre

Martine Jaquemet a étudié à l’Ecole Supérieure d’Arts visuels de Genève, spécialités Beaux-Arts et Arts Décoratifs.
Depuis 1979, elle expose régulièrement son travail en Haute-Savoie, en Suisse et à Paris. Par ailleurs elle collabore à des livres d’artiste notamment avec le poète Michel Butor.
Lucien Giraudo a dit de son œuvre qu’elle était « le mariage vertigineux de la violence et de la tendresse et qu’on y trouvait des masses et des volumes qui ont le poids et la légèreté des planètes dansant dans le ciel.  Le geste pictural et le travail plastique tendent ici à dévoiler la démesure et la violence du monde, qui en font sa terrible beauté, mais l’artiste parvient en même temps à conférer à ses œuvres une physique de la douceur, une chimie de la tendresse. Dans son jardin les monstres se dévorent sous forme de fleurs ».

 

Au Petit Salon

Hervé THAREL – Sculpteur

SCHMIMBLOCK’S, BLOCK’S BOARDS et SCHMIMSTONES : « L’histoire d’un bout d’argile dans la main d’une enfant… Fragilité durcie, vieillie traversant, dans la poche de mon vieux veston, les années, les villes, les campagnes, les intempéries, le temps – la vie ! – pour, un soir, s’éprouver à la beauté : l’idée, l’envie de le peindre… »
Ni formation, ni diplôme technique et/ou Beaux-arts : Hervé Tharel est définitivement autodidacte. Son École : la Nature et de la Matière… «  Tu me touches, je te pétris, te caresse et te peins, moins pour te reproduire que pour « tâcher » à rendre la grâce de ton action ».
Suivant les courbes, ses rondeurs, le pinceau se fait docile et patient.  Le bout d’argile prend allure fière, provocante par endroit. Ecrin d’un vernis délicat. Le voici à la lumière, au monde… « Ça triture et façonne… ça peint au bout de mes doigts !… » Comme une eau qui sourd, s’écoule et m’écoule. Fluidité constante, calme… Instantané des volumes et des formes, floutages de pris-sur-le-vif. « Ça tremble, ça bouge en moi !… » Les thèmes se proposent à l’inspiration. Les SCHMIMBLOCK’S, BLOCK’S BOARDS et SCHMIMSTONES perpétuellement évoluent et changent de formes et de dimensions.
Voix d’Ailes et de Couleurs : « Comme un Rimbaud de la forme qui, sous son pinceau, deviendrait plurielle, Hervé Tharel rythme son œuvre au gré de ses petits cailloux d’artifices, de ses grands formats éruptifs dont il rehausse, en la colorant, la musique picturale. C’est alors comme une rivière dont le lit est notre main, notre main l’eau du courant, recueillant ses éclaboussures indéfiniment variantes et solidaires de nos humeurs… »

Michel Béatrix
 
 

Au Petit Salon

Michel BEATRIX – Auteur

 

Compagnons de vie et de création, Michel Béatrix et Hervé Tharel s’inspirent parfois, et tout naturellement, de leurs œuvres respectives.
Homme de théâtre,  Michel Béatrix est, de son propre aveu, « entré en théâtre comme d’autres entrent en religion ». Sans avoir jamais vraiment su à quoi, il s’est toujours senti appelé : c’est le propre des vocations. Carrière atypique que celle de ce comédien, metteur en scène et auteur qui a toujours suivi et exprimé ses choix artistiques moins dans l’esprit d’un plan de carrière que dans celui d’un véritable apprentissage d’artisan. Pour lui, le théâtre est la célébration de l’homme et la liturgie de sa parole.
« Michel Béatrix est un homme d’encre lorsqu’il écrit, et devient, lorsqu’il sonde le verbe, un homme de lumière ».

Christian-Yves Pratoussy
 

Au Grenier des Peintres

Claude GRÉGOIRE – Peintre

Claude GRÉGOIRE dessine depuis son enfance au contact d‘un père exposant ses œuvres dans les galeries parisiennes.
Il se forme à l’École ABC de dessin de Paris, aux cours du soir de l’École des Beaux Arts et avec un apprentissage de graphiste-illustrateur en agences de publicité.
Travaillant en parallèle le dessin et la peinture, il commence à participer à des salons et expositions régionales dans les années 70.
Puis devenu peintre indépendant de la Maison des Artistes, il élargit le champs géographique de ses expositions par le biais d’associations de peintres lyonnais.
Passant, selon ses envies, de l’hyper-réalisme à l’impressionnisme, il est captivé par des thèmes comme le portrait, la ville et plus particulièrement la femme, images porteuses de mille pensées secrètes, d’une vision intime du réel ou de l’imaginaire, proposées à la sensibilité de chacun dans un voyage de couleurs et de lumières.
Il expose dans les salons et galeries lyonnaises. Certaines de ses œuvres ont été acquises à l’étranger, Espagne, Italie, Belgique, Suisse, Pays Bas, Japon, Royaume Uni, USA Californie.

 
 

Trois événements du Carrefour des Arts “Hors les murs”

Vendredi 13 août à 15h à la chapelle St. Ignace
33ème CARREFOUR DES ARTS HORS SES MURS
“TRANSFIGURATION”
de et par Michel Béatrix, chant Hervé Tharel

Lundi 16 août après-midi

Création picturale au Carrefour des Arts.
Martine Jaquemet réalisera en public une peinture inspirée par la lecture et l’interprétation musicale des poèmes de Jorge Pimentel par Felipe Carrasco, accompagnée par le Quatuor SOLYSTELLE

Performance Martine Jaquemet et quatuor Solystelle

Mardi 17 août à 20h30

 Présentation des livres d’artiste de Martine Jaquemet sur des poèmes de Jorge Pimentel et concert en la Basilique de Lalouvesc à 20h30 avec le Quatuor SOLYSTELLE et  la soprano Lys Nordet.

édition 2021

Du samedi 3 juillet au dimanche 22 août 2021
Cette exposition remarquable par bien des aspects, a accueilli un poète Michel Béatrix qui a animé les salles par la lecture de ses poèmes. Une performance de Martine Jaquemet qui a peint au son du quatuor à cordes Solystelle. Un concert à la basilique avec le même quatuor et la soprano Lys Nordet autour des livres d’artiste de Martine Jaquemet réalisés avec des poèmes de Jorge Pimentel.

Share
Carrefour des Arts  – 07520 Lalouvesc ©2021 Magikjb. Tous droits réservés.

Menu